Peintures

Requiem

Ecoute ! Du fond d'une cathédrale
Un vieil orgue pleure son ennui.
Ses enharmoniques résonnent
Á en déchirer la nuit.
Ils sont l'écho de mes plaintes,
De mes hurlements, de mes cris.

Regarde ! Cette nuit sans étoile,
Froide, austère, profonde et sans fin.
Les ténèbres obscurs et sourds
Semblent consumer mon destin.
Ils sont l'écho de mes angoisses,
De mes peurs, de ma folie.

Contemple ! Cet océan sans rivage.
Il cherche à noyer mon chagrin. Si
Ses vagues de sanglots et de larmes
Parviennent à inonder ma vie ;
Ils sont l'écho de mes faiblesses,
De mes regrets, de mes oublis.

Toi qui écoutes cette prière,
Ne me juge pas. Et même si
Mon âme est vide, mon cœur amer,
Ne me hais pas, je t'en prie.
Tu es l'écho de mes tourments,
De mes souffrances, de ma folie.

Ecoute ! Du fond d'une cathédrale
Un vieil orgue pleure son ennui.
Ses enharmoniques résonnent
Á en déchirer la nuit.
Ils sont l'écho de mes plaintes,
De mes hurlements, de mes cris.

Regarde ! Cette nuit sans étoile,
Froide, austère, profonde et sans fin.
Les ténèbres obscurs et sourds
Semblent consumer mon destin.
Ils sont l'écho de mes angoisses,
De mes peurs, de ma folie.

Contemple ! Cet océan sans rivage.
Il cherche à noyer mon chagrin. Si
Ses vagues de sanglots et de larmes
Parviennent à inonder ma vie ;
Ils sont l'écho de mes faiblesses,
De mes regrets, de mes oublis.

Toi qui écoutes cette prière,
Ne me juge pas. Et même si
Mon âme est vide, mon cœur amer,
Ne me hais pas, je t'en prie.
Tu es l'écho de mes tourments,
De mes souffrances, de ma folie.

 

J.Jacques WAMBST